agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Georges Gautier, héros de la résistance

Magnifique patriote membre de la résistance intérieure française.

Georges Gautier militaireArrêté pour faits de résistance le 7 mai 1943. A été interné jusqu’au 10 novembre 1943, puis déporté le 11 novembre dans un camp de concentration, où il est mort glorieusement pour la France le 3 février 1945. Ces concessions comportent : attribution de la croix de guerre avec palme, Médaille de la résistance à titre posthume et attribution de la médaille militaire.

Le Chefresne, comme d’autres communes du canton de Percy a payé lourdement son tribut à la libération. Proche de la route Granville et Caen, elle fut le théâtre de durs combats, entre les troupes de la Wermarch et les blindés américains. C’est en ces lieux que s’était fondé dés le début de 1943 un noyau de résistance. Un de nos concitoyens devait en être la victime et le payer de sa vie. C’est au village de la Salmonière au Chefresne, en pleine campagne, que Monsieur Georges Gautier et son épouse hébergèrent dans leur ferme des résistants de la Somme. C’est donc au village de la Salmonière où un poste émetteur était installé que partaient les renseignements sur l’activité des troupes ennemies, Octave Osmond, alors maire du Chefresne servait d’intermédiaire entre le service postal et les résistants, des actes qui auraient pu lui coûter la vie.

Hélas, au début de mai 1943 l’un des résistants de la Somme fut arrêté dans un train, torturé, il dut avouer le lieu de sa retraite ; muni des renseignements, quatre autos allemandes remplies de soldats armés, firent irruption dans la cour de M.Gautier et cernèrent ses bâtiments. Seule Mme Gautier était présente, sous la menace elle dut conduire les soldats à l’endroit où était partit son mari. Monsieur Gautier arrêté reconnut être au courant des faits et, fièrement, répondit : Monsieur je suis français. J’ai fait mon devoir, a ma place qu’auriez- vous fait.

Ramené chez lui avec son épouse. Ils durent se préparer pour le départ. A la prison de Saint-Lô. Pendant quatre jours Mme Gautier fut soumise à de rude épreuve, et en partie privée de nourriture "Madame Gautier, tête dure de française, on ne peut rien lui arracher". Elle fut relâchée.

Pour Monsieur Gautier une longue période de captivité commençait. Conduit devant un tribunal militaire, il resta à la prison de Saint-Lô jusqu’au 11 novembre 1943, transféré à Fresnes, puis déporté en Allemagne. Interné dans plusieurs camps, le dernier fut le terrible Dachau. Ayant subi les pires tortures et privations, épuisé, le malheureux mourait du typhus le 3 février 1945. Il avait 44 ans.

L’inauguration du Square Georges Gautier a eu lieu le dimanche 20 février 2005 à 15h.

Georges Gautier Georges Gautier à cheval

Retrouvez ici le discours d’inauguration du Square Georges Gautier