agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

L’avenir du photovoltaïque suspendu à une décision des assureurs ?

Le verdict est tombé le 21 janvier 2014 à 10 heures : les 25 modules du champ de gauche des panneaux de l’église (sur les 49 au total) ne fonctionnent plus.

L’entreprise VOLTAYA, alertée depuis plusieurs mois sur les baisses plus ou moins sensibles de production a trouvé la faille récemment, après des semaines de recherches : l’entreprise Scheuten, qui a fourni les panneaux fin 2010, a déposé le bilan en mars 2012.

Cette entreprise Scheuten, alors référence en haut de gamme allemand en matière de solaire, a eu recours à un sous-traitant, la société ALRACK, à partir de septembre 2009, pour reproduire les boîtiers qu’elle fabriquait auparavant, dans une perspective de minoration des coûts. Ces boîtiers sous-traités présentent des défauts de fabrication entraînant l’arrêt de la production. Sur les 160 000 panneaux installés en France, 60% sont équipés de boitiers ALRACK (environ 5000 installations).

Les panneaux de la salle des fêtes risquent également de connaître le même souci.

Les dispositions d’usage ont été prises (déclaration de sinistre pour activer la garantie décennale, recours contre VOLTAYA).

Cette dernière est en quête de solutions : changement des modules complets ou simple remplacement des boîtes de jonction par une carte récemment mise sur le marché…

La décision appartient aux assureurs.

JPEG - 57.5 ko
les panneaux photovoltaïques de l’église du Chefresne